2005

Une semaine à Montombe

Création d'un projet de série télé.

De quelque manière que ce soit, on retrouve dans chaque épisode de la saison LUNDI les quelques évènements marquants du premier épisode : le meurtre de Sophie Menoz et celui d’Etienne Poivre. Pour le spectateur, ces rendez-vous permettent à la fois de bien comprendre le processus narratif (on revit la même journée à travers les yeux de six personnages), et de découvrir différentes informations sur ces deux meurtres (comme si c’était le spectateur qui menait l’enquête à la place de l’inspecteur Guillaume).

Extraits

Le concept de cette série télévisée repose sur la « théorie du dé » : Lorsque nous sommes devant un dé à six faces, nous ne pouvons en voir que trois (face à nous). Il faut se fier au témoignage de la personne qui est de l’autre coté du dé pour connaître les trois faces qu’il peut voir (pour le cas de l’illustration avec un dé romain, la face qui indique « six » est la seule que nous serions deux à pouvoir voir).

 

Pour revenir au cas de cette série télévisée, disons que nous sommes face à un dé à 43 faces. L’ensemble des faces du dé contient la vérité sur le mystérieux meurtre de Sophie Menoz. Comme nous ne pouvons pas saisir les informations de chaque face, c’est seulement en connaissant la vision (le témoignage) de toutes les personnes qui sont autour de ce dé que nous connaîtrons la vérité sur cette affaire. Pour cela, une mécanique narrative est mise en place : en fin d’épisode, un simple mouvement de caméra vers les yeux d’un personnage (habitant ou visiteur) de Montombe permet au spectateur de savoir qui va nous apprendre de nouvelles choses dans le prochain épisode. C’est une manière originale de relancer l’intrigue ou d’ « accrocher le spectateur ». Ce rendez-vous régulier revient à lui dire « et oui, c’est fini pour aujourd’hui… Mais regardez qui vous en apprendra davantage dans le prochain épisode... »

Episode 1 : Vincent Guillaume (l’enquête)

 

Vincent Guillaume (35 ans) enquête sur le meurtre de Sophie Menoz en croyant recevoir des messages anonymes du meurtrier. Il suit donc cette piste tout en interrogeant la plupart des proches de la victime. Il finit par comprendre que ces messages viennent en fait de Marie Duvillard, une ancienne petite amie qu’il a quittée plusieurs années auparavant. Les deux anciens amants sont en pleines retrouvailles lorsque le père de la victime assassine sous leurs yeux le jeune Etienne Poivre.